Regions / Bécharré

Ville natale de Gibran Khalil Gibran (1883-1931), Bécharré vit dans le culte et le souvenir de l’écrivain. Sa maison familiale assez modeste, rurale et typique se trouve sur la place de l’église Mar Saba. A 1400 mètres d’altitude, Bécharré est une ville montagneuse typique avec des rues étroites accidentées et de petits magasins. Célèbre par la culture de pommiers, de poiriers et de cerisiers, elle est aussi réputée pour le tourisme estival et hivernal.

 

Histoire

Au temps des croisades, Becharré portait le nom de Buissera et formait un fief important du comté de Tripoli. Durant la période Mamelouk, les moqqadimin de Bécharré eurent un réel pouvoir. Ils étaient désignés par le chef de la nation « le Patriarche ». Le terme Moqaddem signifie le préposé (Moqqadimin au pluriel). Ils sont des chefs maronites civils et militaires, des notables ou des hommes remarquables qui aidaient le patriarche dans l’administration des affaires temporelles de l’église. Leur fonction constituait en une participation civile et populaire au gouvernement autonome dont jouissait l’église maronite, en raison d’une faveur particulière accordée par le régime dont elle dépendait. 



Gibran Khalil Gibran

Gibran Khalil Gibran est né en 1883. Il quitte le Liban pour Boston en 1894 avec sa mère, son demi-frère Boutros, et ses sœurs Miriana et Sultaneh. A l’école, sa directrice Mme Beale lui dit qu'un seul «Gibran» était suffisant pour l’appeler. Il change ensuite l'écriture de «Khalil» en «Kahlil». Il se distingue de ses camarades de classe par son talent artistique. Il est recommandé par Fred Holland Day, photographe en vogue à l’époque. Il rencontre Mary Haskell qui pressent son génie et décide de l’aider. « J’espère que le jour viendra où je pourrai dire je suis devenu artiste grâce à Mary Haskell » écrit Gibran en 1908. Elle lui propose, à ses frais, d’étudier les beaux-arts à Paris. Son professeur est Rodin.

En 1912, il part à New York City où il devient une personnalité marquante dans un groupe de poètes arabes. Durant cette période, sa production artistique et littéraire connaît son paroxysme. Il publie : le fou, le précurseur, les processions, etc. En 1920, il fonde avec des écrivains libanais et syriens l’association culturelle, «Arrabitah al Qalamiya» ou le cénacle de la plume. En 1923, il publie son chef d’œuvre «Le Prophète» qui le fait sortir de la pauvreté et qui est intimement lié à son nom ; « Al Mitra » la seule parmi le peuple d’Orphalese hormis Al Moustafa qui porte un nom, serait-elle Mary Haskell ? Le prophète s’adresse aux gens en paraboles. Dès 1912, il entreprend une correspondance avec l’écrivain libanaise May Ziadé. D’abord littéraire et culturelle, cette correspondance devient en 1920 sentimentale. Mais, ils ne se sont jamais rencontrés. En 1928 parait de nombreux ouvrages : Jésus le Fils de l’Homme, les Dieux de la Terre et le Jardin du Prophète.

La peinture de Gibran, qui a eu le même succès que ses livres, porte sur les thèmes de la non-violence, les valeurs spirituelles et la liberté.

Gibran Khalil Gibran décède à New York City le 10 avril 1931, à l'âge de 48 ans.

 

Le musée de Gibran

Le musée se trouve dans l'ancien monastère de Mar Sarkis à l'entrée sud de Bécharré. Taillé partiellement dans la roche, il fut fréquenté par Gibran durant son adolescence et il y a été inhumé à sa demande. Le musée a été fondé en 1975 par le Comité National de Gibran et conçu en consultation avec le musée du Louvres de Paris et le British Museum de Londres. Il abrite 450 toiles de Gibran aussi bien que des manuscrits et des objets personnels.

Ouvert tous les jours de 10h à 18h (en été), de 9h à 17h et fermé tous les lundi (en hiver). Tel : 06 671137 – Entrée payante

www.khalilgibran.org

A droite du musée Gibran, un sentier raide mène à une petite caverne nommée la grotte de Notre Dame de Lourdes. Sur ce même sentier, se trouve une tombe phénicienne datant de 750 av. J.-C.


Username
Password
Forget Password ?